Vous avez peut-être entendu parler de la «sanction de l'obésité», résultat d'une étude réalisée en 2006 qui établissait un lien entre le gain de poids d'une femme blanche et une perte de revenus. Une nouvelle étude de l'Université Vanderbilt cherche à préciser pourquoi cette peine existe et a pour résultat un résultat décourageant: la discrimination. Tout d'abord, l'étude de 2004: dans le Journal of Human Resources, John Cawley de l'Université Cornell a rapporté ses conclusions selon lesquelles un gain de poids de 65 lb cette année, Jennifer Shinall de l'Université Vanderbilt a cherché à expliquer cette pénalité liée à l'obésité dans son étude intitulée «Pourquoi les travailleurs obèses gagnent moins: le tri par profession et ses conséquences pour le système juridique». Comme l'a rapporté NPR, Shinall a publié trois hypothèses selon lesquelles les femmes obèses pourraient gagner moins: choix (ce qui signifie que les femmes choisissent de travailler dans des emplois moins rémunérés); la productivité); signifiant que les femmes obèses ne font pas autant; et discrmination (c'est-à-dire que les employeurs choisissent de ne pas embaucher de femmes obèses). Shinall a constaté que les femmes obèses étaient regroupées dans des emplois impliquant une activité physique - travaillant dans une réserve, par exemple - plutôt que des emplois nécessitant une interaction personnelle, telle que la vente. Les emplois nécessitant une interaction personnelle paient davantage que les emplois manuels, ce qui explique pourquoi les femmes obèses gagnent moins. Toutefois, ses recherches ont également révélé que cette tendance ne se répercutait pas sur les hommes obèses, ce qui, selon Shinall, était discriminatoire. Elle a théorisé à NPR, "Les employeurs ne voient pas d'inconvénient à ce qu'un homme obèse soit le visage de leur entreprise, mais ils ont une attitude très différente à l'égard des femmes obèses." L'étude de Shinall soutient un stigmate que beaucoup de femmes obèses disent expérimenter: a croyance que parce qu'ils sont plus grands, ils sont plus lents, moins éduqués et moins compétents. Il serait intéressant que d'autres études approfondissent le processus de réflexion des départements des ressources humaines et des employeurs - et contribuent à éliminer ce biais de notre culture.



Obésité, surpoids, diabète, comprendre et agir n°1 - Quantité et volonté ? - www.regenere.org (Avril 2019).