Chaque matin, pendant les huit mois que j'ai passés à Rangoon, en Birmanie - un pays qui, sous l'emprise d'une dure dictature militaire, a été plus ou moins coupé du reste du monde pendant des décennies - une femme, Mme Campbell, s'appliquerait une pâte jaune pâle nommée Thanaka sur les joues, le nez et le front.

C'était en 1979 et Mme Campbell - née d'un père anglais et d'une mère birmane vers la fin du Raj britannique - était ma tutrice. Chaque jour, elle parcourait Rangoon (désormais appelée Yangon) avec une petite quantité de Thanaka nichée dans son sac à main, une poudre fabriquée à partir d'écorce d'un arbre qui pousse en Birmanie et qui est un aliment de base de la beauté birmane depuis des siècles. Alors qu’elle mélangeait cela dans une pâte lisse avec un peu d’eau, elle me dit que cela protégerait ma peau des rayons du soleil tropical et la laisser douce, lisse et nette pour les années à venir.

BIRMANIE/MYANMAR - J'ai testé... Le tanaka, secret de beauté des birmanes (Septembre 2020).