Au fil des ans, de nombreuses études et revues de la littérature ont montré que l’attractivité physique et l’apparence ont effectivement un effet important et prévisible sur les jugements que les gens portent sur les autres. Cela ne concerne pas uniquement des étrangers que nous rencontrons dans notre vie quotidienne. Au contraire, nos interactions avec des personnes que nous connaissons bien, y compris des amis, la famille et des collègues, impliquaient souvent des attributions basées sur leur apparence physique - ce qui peut les surprendre autant que nous-mêmes. Mais quels sont exactement l'effet et le contenu de tels biais de perception? Dans leur méta-analyse de plus de 900 études, Langlois et al. (2000) ont rapporté que les individus étaient traités différemment en fonction de la mesure dans laquelle ils étaient perçus comme étant physiquement attractifs. Plus précisément, les personnes attirantes étaient jugées plus positivement que les personnes moins attirantes, même par ceux qui les connaissaient. Langlois conclut donc que, malgré les proclamations de la sagesse reçue, l’attractivité physique a une influence énorme sur notre vie quotidienne. Que nous agissions consciemment ou non, nous traitons les gens que nous percevons comme plus attrayants que ceux que nous percevons moins attrayants. Dans une étude désormais classique de cet effet, Dion et al. (1972) ont demandé aux participants d'évaluer, sur différentes mesures, des photographies du visage dont l'attractivité physique était différente. Ils ont découvert que les individus attrayants physiquement étaient mieux évalués en fonction de différents traits de personnalité et de résultats de vie probables, tels que le bonheur conjugal et la réussite professionnelle. L'étude originale ne manquait pas de limites, mais la découverte fondamentale a été reproduite à plusieurs reprises au fil des ans. Par exemple, les individus attrayants sont jugés plus honnêtes, moins inadaptés et dérangés, plus heureux, plus réussis et plus sociables que les individus moins attrayants. Les personnes attrayantes auraient également plus d'espace personnel, plus de chances de gagner des arguments, plus de secrets et généralement considéré comme meilleur à tout par rapport aux individus moins attrayants. Ces inférences ne visent pas non plus uniquement les adultes: les preuves disponibles suggèrent que les biais d'attractivité peuvent également viser les nourrissons. Stephan et Langlois (1984), par exemple, ont demandé aux étudiants de premier cycle nord-américains de donner leurs premières impressions sur des enfants de différents groupes ethniques. Leurs conclusions ont révélé que les bébés les plus attrayants physiquement étaient considérés plus favorablement que les bébés les moins attrayants, quelle que soit leur origine ethnique.En outre, les personnes que nous nous attendons à être «justes» succombent souvent aux mêmes pressions: des études ont montré que les enseignants supposaient que les susceptibles de réussir sur le plan scolaire que des étudiants moins attrayants. Dans une autre étude antérieure, Landy et Sigall (1974) ont classé les étudiants masculins dans l'une des deux dissertations de qualité différente, auxquelles était jointe une photographie de l'écrivain supposé, une étudiante. Dans une condition, le «bon» essai a été associé à une photographie attrayante, puis à une photographie relativement peu attrayante dans un deuxième état, les essais «pauvres» ont été associés à chacune des photographies. Comme on pouvait s'y attendre, Landy et Sigall (1974) ont constaté que «la beauté avait du talent»: de meilleures notes ont été attribuées à l'étudiante séduisante dans les deux cas, ce qui a des conséquences pratiques importantes sur la manière dont les examens sont marqués. la durée de vie: par rapport aux personnes moins attrayantes, les personnes attrayantes sont plus susceptibles d'être embauchées pour des emplois et reçoivent des salaires de départ plus élevés.



Pourquoi pensons-nous détenir la vérité alors que nous n’avons que des opinions ? Jean-Luc NATIVELLE (Août 2020).