L'actrice «Girls» Jemima Kirke a récemment évoqué un avortement qu'elle avait subi à l'université dans une nouvelle vidéo de la campagne «Draw The Line» du Center for Reproductive Rights.

Comme l'explique le Huffington Post, la Britannique de 29 ans a estimé que lors de sa grossesse inattendue en 2007, la décision de mettre fin à la grossesse était le bon choix pour elle. Elle avait un petit ami avec lequel elle ne pouvait pas se voir toute sa vie ni élever un enfant. «Ma vie n'était tout simplement pas propice à l'éducation d'un enfant heureux et en bonne santé. Je ne pensais tout simplement pas que c'était juste », a-t-elle expliqué.



Kirke a mis fin à sa grossesse dans une famille planifiée à Providence, dans le Rhode Island, où elle allait à l'école. Elle pensait qu'elle ne devrait pas pouvoir informer sa mère de la possibilité d'avorter. Elle a donc déboursé ses frais et a emprunté de l'argent à son petit ami, en choisissant également de renoncer à l'anesthésie pour réduire les coûts.

«Ce sont ces obstacles et cette stigmatisation qui rendent ces choses pas complètement indisponibles - et c'est la partie la plus délicate, c'est que nous pensons avoir le libre choix et que nous sommes capables de faire ce que nous voulons, mais il y a aussi ces petits obstacles que nous avons passer à travers pour les obtenir ", a déclaré Kirke.



Maintenant, l'actrice de «Girls» est la mère de deux filles (une belle-fille de huit ans et une fille de quatre ans) et dit qu'elle veut que ses enfants grandissent sans avoir à «se battre pour les droits de leur corps. «Sa conviction que« les problèmes de procréation devraient être un sujet dont les femmes devraient pouvoir parler librement »est un sentiment merveilleux pour une célébrité dont parler ouvertement. Espérons que les femmes prendront note de son courage et se sentiront en sécurité pour parler de leurs propres expériences, ce qui conduira à la dissolution de la stigmatisation qui entoure le droit des femmes à choisir.

Vous pouvez en savoir plus sur le Centre pour les droits de reproduction ici.

Racism, School Desegregation Laws and the Civil Rights Movement in the United States (Janvier 2019).