Depuis des décennies, il est de notoriété publique que les femmes devraient passer un test Pap une fois par an. Mais en 2012, un groupe de travail désigné a mis à jour les directives, suggérant des dépistages moins fréquents, généralement tous les trois ans. L’une des principales raisons de la révision est que les «faux positifs», c’est-à-dire penser qu’il ya un problème en l’occurrence, peuvent conduire à des tests supplémentaires inutiles et à l’élimination de tissus sains, ainsi qu’à un traitement inutile susceptible de créer une grossesse. complications sur la route. Comme pour tout test, traitement ou médicament, la communication est essentielle. Discutez avec votre gynécologue de vos risques personnels et de la meilleure marche à suivre pour vous.
PLUS: L'importance du frottis de Pap



Enquête vaccination N°6-Papillomavirus, Hépatites, vaccins hexavalents & mort subite du nourrisson (Mai 2021).